Et voilà, samedi dernier, le 21 mars 2015, a eu lieu l’épreuve « Bebras The Masters » de la troisième édition déjà du concours Bebras [1], que j’ai eu l’opportunité et le plaisir de lancer en Belgique en 2012. De quoi s’agit-il ? C’est un concours, à destination des élèves en fin de primaire et en secondaire, qui a pour but de promouvoir les sciences informatiques. Le but est d’offrir aux jeunes une opportunité de découvrir ce qu’est l’informatique en tant que discipline, et de montrer qu’elle est partout dans la vie quotidienne, captivante et diversifiée. L’épreuve Bebras The Masters a eu lieu au sein de l’École Centrale des Arts et Métiers (ECAM) à Bruxelles.

Accueil de l'épreuve Bebras, The Masters 2014
Accueil de l'épreuve Bebras The Masters édition 2014 dans le hall de l'ECAM.

Le concours Bebras

La première épreuve se déroule dans les écoles, et est organisée localement par les enseignants, durant une semaine pendant le mois de Novembre. Les élèves sont confronté à un questionnaire pendant 50 minutes, comportant 15 ou 18 questions selon la catégorie. Ces questions ne nécessitent pas de prérequis autres que la matière vue dans leur cursus scolaire et sont à chaque fois liées à un concept informatique. Vous pouvez en voir une d’exemple ci-dessous :

Exemple de question du concours Bebras
Exemple de question du concours Bebras, difficile pour les plus jeunes et moyenne pour les plus âgés.

La deuxième épreuve du concours se déroule en un même lieu où les quinze premiers candidats de chaque catégorie, sur base du classement fait lors de la première épreuve, sont invités à s’affronter pour obtenir le titre de Maitre de leur catégorie. Cette deuxième épreuve est ouverte à tout le monde, une catégorie spéciale grand public y étant ajoutée.

Épreuve de Bebras, The masters 2014
Participants à l'épreuve Bebras The Masters, 3ème édition, en attente de démarrer le concours et découvrir les questions.

La promotion de l’informatique

En plus du concours, nous avons eu le plaisir cette année de proposer une première version de mini-ateliers d’éveil et de sensibilisation à l’informatique. Grâce à ces derniers, les élèves et le grand public ont pu découvrir les concepts du fonctionnement du système binaire, de la compression et du chiffrement de données, des méthodes et algorithmes de tri de données… Un descriptif de ces différents ateliers, vous permettant de les réaliser chez vous, est en train d’être produit et est mis à disposition en téléchargement libre [2].

Atelier de découverte de l'informatique
Jeunes élèves en train de participer aux mini-ateliers découverte de l'informatique.

Évolution et perspectives

Le concours évolue bien et commence à être (re)connu en Belgique. Depuis sa création, il y a trois ans, le nombre de participants a doublé, autant pour la première épreuve dans les écoles que pour la seconde épreuve. De plus, le concours, qui n’était initialement organisé que pour les élèves francophones, a été étendu aux élèves néerlandophones depuis sa deuxième édition. Enfin, depuis la deuxième édition, la première épreuve dans les écoles peut se faire sur papier, mais également sur ordinateur afin d’accélérer les corrections, via une plateforme développée avec l’aide de l’Université de Gent [3].

Évolution du nombre de participants à la semaine Bebras
Évolution du nombre de participants pour la première épreuve du concours Bebras.

Enfin, cette troisième édition fut la première durant laquelle des activités ont été ajoutées autour du concours, pour faire de Bebras The Masters un évènement centré autour de la promotion de la discipline informatique. Bien que l’on ai pu regretté l’absence de Madame Milquet, la Ministre de l’Éducation de la communauté Française, qui devait venir réaliser son premier programme informatique, suite à une annulation de dernière minute, cette première nouvelle mouture de Bebras The Masters fut un grand succès !

Rendez-vous donc l’année prochaine !

Références

[1] http://www.bebras.be/home
[2] https://github.com/CSITEd/Workshops
[3] https://bebras.ugent.be/language

Crédits

Merci à Sébastien d’Oreye de Lantremange pour les photos.